Préparer la sortie de crise : re-calibrer son cerveau, penser le monde de demain et saisir les opportunités

Depuis une semaine et le début de la crise, je ne pense qu’à cet article de Shaun Parrish, publié dans Farnam Street : “Half Life: The Decay of Knowledge and What to Do About It”.

L’idée principale est que l’information se comporte comme une particule atomique qui perd de l’énergie, cette énergie se désintègre, l’information aussi.

Le meilleur exemple de cette désintégration atomique est le fameux carbone 14, qui permet de connaitre la date de mort d’un organisme vivant, donc composé de carbone, comme par exemple les ossements de dinosaures ou ceux des hommes préhistoriques, comme notre illustre ancêtre Lucy.

Cet article a soulevé en moi de nombreuses questions, et au regard du contexte une envie de réfléchir sur la crise et surtout la post-crise. Que va-t-il se passer ? Comment vais-je rebondir ? Mon activité va changer obligatoirement, à quoi vais-je être utile ? Est-ce que ce que j’ai construit ne va servir à rien ? Ou au contraire j’ai des fondations solides pour attaquer ce nouveau monde ? Et l’économie comment va-t-elle réagir ? Quelle direction va-t-elle prendre ? Que va-t-on découvrir ?

Mes premières réflexions :

Je n’ai pas de recette miracle et je ne sais pas moi-même quelles seront les opportunités qui vont émerger, mais je vais être discipliné lors de ce confinement, pour être prêt et clairvoyant quand nous aurons passé cette crise.

J’espère ouvrir le débat avec tous les curieux qui auront lu cet article, pour que l’on puisse se partager des contenus et aussi se faire des live-chat-video pour challenger nos réflexions. Ici un LIEN pour vous inscrire à la prochaine rencontre, suggérer des contenus et apporter vos réflexions sur le sujet de la post-crise.

Voici les contenus que je vais relire, réécouter et étudier à nouveau :

Skin In The Game — Nassim Nicholas Taleb 📖
La collection Incerto de cet auteur, est une source unique pour mieux comprendre le monde. Un superbe “logiciel” pour combattre la sensation de dissonance que l’on ressent au quotidien sur de nombreux sujets d’actualités. Vous connaissez cette sensation, lorsque l’on se dit “je ne sais pas pourquoi mais ça sonne pas juste”.
Un esprit contrariant et courageux, au style non académique, qui traite des sujets compliqués comme le hasard, comment vivre (manger, dormir, travailler…) et prendre une décision face à l’incertitude.
Que peut nous apporter le concept de “skin-in-the-game”, pour bien se préparer pour l’après crise ? En tant qu’entrepreneur que peut-on apprendre au travers de ce livre ? La réponse est “lisez le livre” et appropriez-vous les sujets qui vous marqueront le plus et feront germer en vous de nouvelles façons de penser le réel. De mon côté j’ai aimé les principes suivants :

- “Those who talk should do and only those who do should talk”
- “We are much better at doing than understanding”
- “You may not know in your mind where you are going, but you know it by doing”
- “Artisan have their soul in the game”
- “Laws come and go; ethics stay”
- “No person in a transaction should have certainty about the outcome while the other one has uncertainty”

Post Truth — Matthew D’Ancona 📖
Ce livre est idéal pour combattre le réflexe naturel de saturation du cerveau, avoir un deuxième regard plus en profondeur sur la notion d’information et donc apprendre à la trier. La laisser de côté et mûrir, pour ne pas se précipiter à des interprétations erronées.
Pour bâtir de solides fondations intellectuelles post-crise, ce livre est aussi idéal, car il nous permet de mieux comprendre l’outil qu’est internet et surtout sa face sombre, qu’il va falloir dompter en sortie de crise. Comment va évoluer la démocratie ? Quels seront les médias de demain ? Quel business va apporter plus de traçabilités à l’information et reconstruire la confiance ?

World After Capital — Albert Wenger (vs Patrick O’shaughnessy) 🎙️
Cette interview est remarquable, car il apporte un cadre de réflexion pour envisager le monde de demain. Le framework d’Albert Wenger est simple à comprendre et se découpe en trois temps : l’ère de l’agriculture, l’ère de l’industrie et l’ère de la connaissance. À chaque époque une ressource est primordiale pour son fonctionnement. Pour l’ère de l’agriculture c’était la terre agricole, pour l’industrie le capital et pour la connaissance l’attention humaine.
Ce podcast prend tout son sens alors que nous sommes confinés, en guerre comme contre un ennemi invisible, et que la mécanique capitalistique ne peut rien faire pour nous aider, bien au contraire elle est à l’arrêt. On comprend aussi que les fonctions clés dans ce genre de situation sont celles qui sont peu rémunérées, qui n’apportent pas de valeur au regard du mode de calcul capitalistique, mais pourtant primordiale à notre survie, comme les métiers de la santé, du retail, de l’alimentation…Ce ne sont pas les gros salaires qui travaillent en ces moments de crise et qui se montrent indispensables.

The Sinner (Saison #1) — Derek Simonds (Netflix) 📺
Pour se préparer au monde de demain et être en capacité de trouver les indices qui vont nous permettre de trouver les opportunités à venir, cette série policière est idéale. Elle nous fait réfléchir sur le caractère fallacieux des évidences, et nous pousse à regarder derrière ces évidences, pousser la réflexion et continuer à chercher.
Dans cette série le policier Harry Ambrose, joué par Bill Pullman, a le savoir-faire et la bonne posture pour ne pas tomber dans le piège des évidences. Il sait que quelque chose cloche et fait tout faire pour répondre à son instinct. Tout se joue bien sûr dans le premier épisode, où il n’hésite pas à jouer d’impertinence en questionnant un témoin de la scène du crime. Son impertinence lui permet de faire émerger un bout de vérité, qu’il va suivre et tirer ce fil comme une pelote de laine, pour ensuite découvrir toute la vérité.

Dans la même veine je vous recommande “Mindhunter” sur Netflix. On découvre comment le FBI a mis en place une technique de profilage pour comprendre les tueurs en série. Bien qu’évident comme savoir-faire à développer, on découvre leur difficulté à mettre en place cette technique, car ils font face à beaucoup de résistance et d’incompréhension autour d’eux. De nouveau l’impertinence paie et lorsque l’on trouve le fil de la pelote, on peut trouver des choses surprenantes en la déroulant.

En complément lisez Mistakes Were Made (but Not by Me) de Carol Tavris et Elliot Aronson. Un des livres de chevet pour tous les meilleurs product-managers, avec Predictably Irrational” de Dan Ariely (ici un super podcast pour découvrir cet auteur : LIEN).

HEDGE: A Greater Safety Net for the Entrepreneurial Age — Nicolas Colin 📖
Clairement un must read pour ouvrir ses chakras. Un livre qui est important pour concevoir le monde de demain et repenser le fameux État-providence à l’européenne.
Nicolas a su modéliser en un livre, notre système économique et politique, d’où il venait, quelles étaient les forces qui la transformaient et une proposition de design de cette nouvelle société.
Je prends des risques à envisager l’impact que ce livre va avoir auprès de la jeunesse qui va s’engager en politique, mais aussi les entrepreneurs qui vont vouloir transformer notre société, car ce livre regorge de “call-to-action”.

La Fabrique du Monstre — Philippe Poujol 📖
Ce livre est une immersion totale dans les quartiers de Marseille et donne une nouvelle grille de lecture sur notre société et la vie menée par les gens les plus fragiles et les plus déclassés.
Philippe Poujol sait mettre les mots sur des phénomènes anxiogènes et nous donne les clés pour mieux les comprendre.
Pour toute personne qui voudra agir sur le monde de demain, ce livre vous aidera à être plus tolérant et comprendre les mécaniques qui engluent certains de nos concitoyens dans des situations dramatiques, donc être en capacité de construire les solutions pour apporter plus d’équité dans la société, faire vivre les valeurs qui nous guident : “Liberté, Égalité, Fraternité”.

D’autres contenus plein de bonnes réflexions :

The Value of Grey Thinking — Shane Parrish : Ce texte est plein de sagesse. Il nous rappelle la dangerosité des slogans qui nous confortent dans nos positions et qui sont bien souvent des substituts à la compréhension.

“Because truth always lies somewhere in between, and the discomfort of being uncertain is preferable to the certainty of being wrong”

Naval — Naval Ravikant : Une interview qui est une source magnifique pour recalibrer son cerveau et avoir une nourriture intellectuelle hautement calorifique. Naval est un penseur contrariant. Parmi les sujets traités par Naval, et qui seront utiles pour la période post-crise, je vous recommande d’écouter :

— -

NB : J’avais déjà parlé de cet article en février 2019 . J’avais aussi mis en avant un autre article de Shane Parrish, qui était complémentaire, qui présentait comment Warren Buffet applique cette théorie de l’information : Compounding Knowledge

— -

Si vous voulez venir débattre ou suggérer des contenus, inscrivez-vous ICI et j’organiserais un live-chat-vidéo dans les jours à venir 📢

— -

Startup Coach & Agent = Audit + Acceleration + Fundraising Founder of Mighty9. Check my newsletter “The VC Insider” : https://thevcinsider.substack.com/

Startup Coach & Agent = Audit + Acceleration + Fundraising Founder of Mighty9. Check my newsletter “The VC Insider” : https://thevcinsider.substack.com/